Du bois qui forme un angle

Notre Capitaine préféré a encore scié des troncs d’arbres ! Nous commençons à penser qu’il aime ça… malgré le poids des « billes » de bois !

Mais il faut bien choisir le bois. Selon sa dureté, sa résistance, son poids, il n’aura pas la même utilisation.

Nous avons la chance d’avoir un petit terrain couvert d’arbres de toutes sortes dont certains étaient tombés lors de la tempête de 1987. Plusieurs d’entre eux n’étaient pas morts. Leurs branches ont recommencé à pousser vers le ciel en formant un beau coude bien solide.

Yann les a préservés lors du nettoyage de notre petit bout de forêt. Maintenant, il les coupe à la taille dont il a exactement besoin et nous les chargeons sur le camion pour les ramener vers le lieu où est installée la scie.

????????????????????????????????????
Une grume courbe sur le camion

Ces bois naturellement courbés serviront pour faire de nouvelles membrures (nous en reparlerons) ou des renforts sous le pont. Notre capitaine veut faire « comme sur l’Hermione » qu’il admire tant.

Après passage à la scie, voici le résultat :

 

????????????????????????????????????
Une autre grume courbe, passée à la scie en 9 cm d’épaisseur

Lors du sciage, il y a du déchet. Alors la sciure est donnée à un copain pour ses toilettes sèches, les dosses (la tranche de croute extérieure, en dessous de l’écorce) sont recoupées en bois de chauffage et un autre copain attend la sciure de hêtre pour fumer son poisson. Mais Yann garde précieusement la plus petite planche, ça peut toujours servir !

Pour faire des économies, nous avons cherché presque toutes les machines (grosses ou petites) sur le Bon Coin ou dans des trocs et puces. Nous avons aussi fait du troc. On nous en a également donné plusieurs, souvent vieilles, voire en mauvais état. Alors Yann les nettoie, les répare et parfois même les repeint pour les protéger d’une nouvelle oxydation. Prenez la scie ! Elle a des dizaines d’années… Voyez le résultat !

2015 06 02 Scie

Il n’y a que pour la peinture, la colle et les clous (et vis) que nous allons devoir payer le prix fort ! Bon, tant pis, nous mangerons encore un peu plus de châtaignes de notre coin de forêt !